Boogie Nights

Attention film culte !
Boogie Nights
Sorti en 1998, « Boogie Nights » constitue une des preuves de l’immense talent de Paul Thomas Anderson. La suite de sa filmographie le confirme par la suite. (voir « There will be blood » )
Pour commencer, le casting est pléthorique et réellement impressionnant puisqu’on y croise pèle mèle Mike Wahlberg, Burt Reynolds, Heather Graham, Julianne Moore, John C. Reilly, William H. Macy, Don Cheadle ou encore Philip Seymour Hoffman. Ils campent chacun des personnages aussi différents que hauts en couleurs mais qui sont tous, tour à tour, drôles, pathétiques voire dramatiques. C’est d’ailleurs là la force d’un film qui oscille gaiement entre la comédie et le drame sans jamais choisir un camp.
L’ascension de Dirk Diggler et de son membre proéminent nous plonge avec délectation dans les années 70/80, âge d’or du porno kitch. Certaines scènes de faux extraits de films X sont hilarants.
Paul Thomas Anderson, loin de tomber dans le piège facile du potache et du graveleux, s’attache à raconter son histoire de façon quasi documentaire. Sa mise en scène, proche de ses personnages, est très fine. Les personnages sont moins grossiers qu’on pourrait le penser de prime abord et réservent de belles surprises.
L’histoire étant en elle même assez originale et décalée, l’ensemble s’avère être une belle réussite malgré une dernière partie surement trop vite expédiée.